BRETAGNE

Découverte du stand up paddle

Quitter le plancher des vaches

La base nautique a des solutions pour permettre aux plus terriens d'entre nous - c'est mon cas - de quitter le « plancher des vaches ».
Avec mes enfants de 11 et 13 ans, nous avons choisi le SUP c'est à dire le stand up paddle, la planche propulsée avec une pagaie. L'engin paraît simple, ça ne doit pas être plus difficile que le vélo !

Nous allons rejoindre le petit port de Landrellec de l'autre coté de la baie

Une fois enfilée la combinaison fournie par le club, nous rejoignons le groupe ; nous sommes 7 plus Julien le moniteur.
Il nous présente l'engin et l'importance de bien régler la longueur de la pagaie et de fixer le « leach » qui nous relie à la planche. L'objectif est fixé, nous allons rejoindre le petit port de Landrellec de l'autre coté de la baie.

C'est le moment de quitter la terre ferme

Et c'est le moment fatidique, celui de quitter la terre ferme ; depuis le temps que je regarde passer les petits bateaux de la plage, cette fois ci c'est à moi !
Au début tout va bien, la mer est plate et ça glisse tout seul. Par contre j'ai besoin des conseils de Julien pour tourner. Puis une vague arrive de je ne sais où et je fais un gros « plouf » à coté de ma planche.
Je remonte facilement sur mon SUP et du coup, j'essaie de naviguer à genoux. Les enfants ont l'air très à l'aise et ne sont même pas tombés.
Je me redresse. Nous passons à coté de l'Ile Aval, absolument magnifique avec ses arbres bien verts et sa petite maison de pierre.

Je marche sur l'eau

Je me rends compte que la vision de ce littoral que je connais est complètement différente vu de la mer surtout dans cette position debout ; je marche sur l'eau !
Nous arrivons à Landrellec et Julien nous propose une petite halte bienvenue sur une plage. Cool.
Au retour c'est une autre paire de manche, il y a du courant parait-il. Je me rend compte que le paddle c'est aussi du sport et qu'il faut parfois pagayer fort pour avancer. Heureusement Julien, toujours lui, nous fait passer très près du bord là où c'est plus facile.
La sortie a durée une heure trente sans que je me rende compte du temps qui passe et je fais maintenant partie de ceux qui vont sur l'eau...
De retour au club, c'est la fin des stages de la semaine. La base (BNIG pour les intimes) offre un coup de cidre – jus d'orange et nous en fait profiter ainsi que des gâteaux préparés par les stagiaires. Et chacun de raconter sa navigation du jour...