BRETAGNE

L’aventure sidérurgique à Coat-an-Noz

L’aventure sidérurgique à Coat-an-Noz

La commune de Belle-Isle-en-Terre et plus particulièrement la forêt de Coat an Noz a connu au
début du 18ème siècle, une aventure sidérurgique avec l’exploitation des premiers gisements de
minerais et la mise en place d’une tréfilerie (fabrication de fil de métal). À cette époque la forêt
représentait 2 400 ha de bois. Ce n’est qu’en 1779 que le marquis de Sufren de Saint -Tropez,
alors propriétaire du site, décide la construction des forges avec un haut fourneau, mis à feu en
1780, d’un atelier de forge et de la construction des lacs artificiels. Au début, le site était exploité
pour le compte des mines de Poullaouen. En 1781 la direction des forges change et par là-même,
cesse ses activités avec Poullaouen. En 1784, le site est réaménagé, les édifices sont reconstruits
et les lacs artificiels étendus. Après plusieurs faillites et rachats, en 1839, un conflit oppose les
locataires et les propriétaires des forges et l’usine est mise en arrêt pour saisie.
Les forges ferment définitivement après presque 60 ans d’activité. Afin de découvrir le passé
métallurgique du canton de Belle Isle en Terre, suivez pas à pas le petit lutin !

La chasse aux trésors :

  • Difficulté de la cache : facile
  • Terrain : boisé
  • Durée du parcours : 1h30
  • Distance à parcourir : 3,5 km

Point de départ

Parking des Forges, Forêt de Coat an Noz
Belle Isle en terre

Cont3no2dactei7r par obdmmaijuzylttu (contact@bretagkv3jjne-co12gvctedegr3janitr1wdyose.gqscom4wnml)