Les légendesles plus effrayantesde la Côte de Granit Rose
Sorcières dansant dans da lande bretonneSorcières dansant dans da lande bretonne au milieu des chaos granitiques de la Côte de Granit Rose
©Sorcières dansant dans la lande bretonne|Dall-E

Contes et légendes de Bretagne sur la Côte de Granit Rose

Attention ! Vous êtes sur le point de découvrir les légendes les plus effrayantes qui hantent les nuits des habitants de la Côte de Granit Rose. Êtes-vous prêts à risquer une nuit blanche, hanté par des récits de spectres et de mystères ? Nous vous aurons prévenus…

À mesure que la nuit d’Halloween s’installe sur la Côte de Granit Rose, cette région envoûtante dévoile son versant sombre et mystérieux, teinté de légendes effrayantes qui imprègnent ses falaises et ses plages. Parmi ces récits qui font palpiter les cœurs des habitants et des visiteurs, explorez les légendes de l’Ankou, des Intersignes, des Korrigans, du Roi Marc’h et d’Arthur face au dragon…

L’Ankou : L’Émissaire de la Mort

L’Ankou est une figure sinistre de la mythologie bretonne, incarnant la mort elle-même. On le décrit comme un homme lugubre vêtu d’une cape sombre, souvent coiffé d’un chapeau noir. Sa tâche est de collecter les âmes des défunts. Les légendes rapportent que l’Ankou se déplace dans une charrette grinçante, tirée par des chevaux squelettiques. Son apparition est un présage de mort imminente, et il est impératif de ne pas croiser son chemin sous peine de tragédie. Pour tous ceux qui souhaitent voir l’Ankou (en toute sécurité), il est conseillé de visiter l’église de Ploumilliau (4 km de Saint-Michel-en-Grève) qui abrite une statue en bois le représentant.

Le char de la mort

Un soir de juin, un jeune homme de Trézélan est allé conduire ses chevaux aux prés. Comme il s’en revenait en sifflant, dans la claire nuit,  il entendit venir à l’encontre de lui, une charrette qui grinçait. Curieux de voir la légendaire « charrette de la Mort » appelée « karriguel ann Ankou, » le jeune homme se cache pour l’observer. Il voit alors une charrette tirée par trois chevaux blancs, accompagnée de deux hommes tous deux vêtus de noir et coiffés de feutres aux larges bords. L’essieu de la charrette se casse, mais l’un des hommes demande au jeune homme de couper une branche pour réparer l’essieu. Après la réparation, le jeune homme rentre chez lui indemne, mais il tombe malade le lendemain et meurt. Cette histoire illustre la croyance selon laquelle ceux qui s’approchent de la charrette de la Mort peuvent subir des conséquences fatales…

De nombreuses histoires comme celle-ci continuent d’alimenter la légende du l’Ankou…
Découvrez-en une nouvelle avec cette vidéo !

Les Intersignes : Les Prémonitions de la Mort

Avant la venue de l’Ankou, les Intersignes annoncent la mort d’un proche. Mais la personne à qui se manifeste l’intersigne est rarement celle que la mort menace. Si l’intersigne est aperçu le matin, c’est que l’événement annoncé doit se produire à bref délai (huit jours au plus). Si c’est le soir, l’échéance est plus lointaine; elle peut être d’une année et même davantage. On raconte que les habitants de la Côte de Granit Rose restent en alerte à l’écoute de ces présages, redoutant le malheur qui les guette.

Voici une petite liste d’intersignes dont il faut se méfier…
  • Qui voit une belette (eur garellik) doit mourir dans l’année.
  • Quand la pie vient se poser sur le toit : quelqu’un doit mourir dans la maison.
  • Quand un coq vient chanter tout près de vous : votre dernière heure est proche.
  • Lorsque les chiens hurlent la nuit : la mort essaye de s’approcher de la maison
  • L’oiseau de la mort (ar sparfel) voltige autour de la maison et frappe à la vitre quand vient la mort.
  • Si, pendant le mariage à l’église, vient à s’éteindre le cierge placé devant l’un des deux époux : l’un des époux ne tardera pas à être veuf.

Téléchargez le magazine

Les Farceurs Maléfiques : Les Korrigans

Les Korrigans sont des créatures légendaires bien connues en Bretagne, où ils occupent une place spéciale dans la mythologie et la culture locale. Ces petits êtres féeriques sont souvent considérés comme farceurs, malicieux, voire malfaisants. Ils aiment jouer des tours et des plaisanteries, allant de petites farces inoffensives à des actions plus sournoises. Par exemple, ils peuvent égarer des voyageurs égarés dans les bois, les laissant se perdre dans des dédales de rochers, ou encore se cacher dans les maisons pour perturber la vie quotidienne des habitants…

La ronde des korrigans

Si dans la lande, le soir, vous attendez des chants venir de dessous la terre et que des korrigans se mettent à danser autour de vous. Surtout ne rentrez pas dans la ronde, bien au contraire, stoppez-la immédiatement !  Sinon, vous partirez avec les korrigans pendant cent ans ! Le seul moyen d’arrêter les korrigans dans leur « fest-noz » c’est de leur poser une devinette :
– « Quand je suis couché, ils sont débout ! Quand je suis debout, ils sont couchés ! Qu’est-ce-que c’est ? »
Là, vous êtes tranquille,  ils se posent dans la bruyère, et ils réfléchissent. Si par malheur, un korrigan trouve la réponse et vous dit :
– « C’est facile, c’est les pieds ! »
Alors sortez de votre poche, un autre devinette :
– « 4 qui marchent, 4 qui pendent, une fourche devant, un balai derrière ! Qu’est-ce-que c’est ? »
Là, vous serez tranquille jusqu’au lever du jour ! Alors, les korrigans repartiront en chantant.

Le Roi Marc’h : Le Cavalier de l’Obscurité

Le Roi Marc’h, ou Marc de Cornouaille, est une figure sinistre qui hante la nuit bretonne. Avec ses oreilles de cheval,  il était le roi légendaire d’Armorique ! Son palais était situé à PortzMarch, près de Douarnenez. Le Roi Marc’h est réputé pour apparaître avant des événements tragiques, en particulier des tempêtes en mer. Le son des sabots de son cheval Morvac’h résonne sinistrement sur les falaises, prédisant des désastres maritimes. Les marins bretons ont longtemps redouté son apparition, la considérant comme un avertissement de dangers imminents.

Le Roi Marc’h et Dahut

Le Roi Marc’h aimait chasser le long des falaises de Cornouaille. Un jour qui chevauchait son cheval Morvac’h, il vit au loin sur une plage une biche toute blanche. Son amour pour la chasse lui fit décocher une flèche en direction de la bête immaculée. Mais, le biche n’était autre que Dahut, la princesse de la Ville Ys, la cité engloutie. Elle fit virevolter la flèche qui atteignit Morvac’h et le tua sur le coup ! Le Roi Marc’h descendit la falaise pour venger la mort de son cheval adoré. Mais Dahut l’arrêta et lui dit :
-« Tu as voulu me tuer, Roi Marc’h, je pourrais te tuer aussi mais je vais te punir plus lourdement. Puisque tu pleures tellement Morvac’h, tu porteras, dès maintenant, les oreilles et la crinière de ton cheval… Dès lors, le Roi Marc’h resta cacher dans son château derrière une voile noire pour que personne ne voit le terrible sortilège ! »

Arthur et le Dragon

La légende d’Arthur et le dragon est une épopée héroïque qui a survécu au fil des siècles. Selon le récit, le courageux roi Arthur aurait affronté un dragon féroce qui terrorisait la région. Le combat épique entre le souverain et la redoutable créature a secoué la terre. Bien qu’Arthur ait triomphé, certains prétendent que le dragon continue de hanter les cavernes de la côte, attendant le jour de sa revanche.

Comment le roi Saint Efflam sauva le roi Arthur ?

Saint Efflam était un roi qui fit le vœu de devenir moine. Il quitta sa jeune épouse Enora, le soir de ses noces pour venir en Armorique, l’actuelle Bretagne.
Lorsque Saint Efflam débarqua sur la Lieue de Grève, il trouva, devant lui le Roi Arthur combattant un dragon monstrueux à œil vif, aux écailles de serpent rouges et une queue de poisson. La bête habitait une caverne au pied du Grand Rocher d’où émanait une effroyable odeur de soufre. Il y avait trois jours qu’Arthur combattait le dragon sans pouvoir le vaincre.
Quand le Roi Arthur vit Saint Efflam, il lui dit :
– « Voudriez-vous, seigneur pèlerin, me donner une goutte d’eau ? »
Efflam frappa le sol de son bâton et une source jaillit. Après s’être désaltéré, Arthur se jeta sur le dragon, lui enfonça son épée dans la gueule, le dragon après un dernier cri mourut en se jeta dans la mer.
Aujourd’hui en cheminant autour de Grand Rocher, on peut encore voir les traces de ce fameux combat.

Halloween sur la Côte de Granit Rose…

En cette période d’Halloween, la Côte de Granit Rose révèle son côté obscur, où l’Ankou, les Intersignes, les Korrigans, le Roi Marc’h et le dragon hantent les nuits sombres. Si vous décidez d’explorer cette côte envoûtante en cette nuit sinistre, soyez prêt à faire face à l’inconnu et à la terreur qui se cache dans l’obscurité. La Côte de Granit Rose est bien plus qu’un paysage époustouflant, c’est un monde de légendes qui ne laissent pas de place aux âmes les plus méfiantes. Joyeux Halloween !

Balades contées avec Yvon Dagorn

Vous aimez les histoires et les légendes bretonnes ? Laissez-vous transporter par les balades contées d’Yvon Dagorn, conteur depuis 1992. Il vous fera découvrir la ville de Tréguier le soir à travers des histoires transmises par ses ancêtres et collectées auprès de personnalités du territoire. Mâtinés de mots ou d’expressions bretonnes (toujours traduites) ses histoires vous feront peur, rire…et parfois même vous émouvront suivant l’ambiance et l’humeur du moment… Bonne balade !

Découvrez l'essentiel du blog

Fermer