© Myriam Jegat
Immersion au cœur du fest‑noz ambiance 100% breizh

Mon premier Fest‑noz

La Bretagne, ses paysages magiques, son kouign-amann, ses panneaux bilingues… et ses festoù-noz ! Impossible de finir notre semaine de vacances sur la Côte de Granit Rose sans vivre de l’intérieur une de ces “fêtes de nuit”, inscrites au patrimoine culturel immatériel de l’humanité. Alors en ce vendredi de fin d’été, direction les quais de Lannion pour un marathon de danses endiablées au cœur du fest-noz des Tardives.

L’appel de la danse bretonne

Les premières notes des sonneurs résonnent, semblant appeler les danseurs à travers la ville. De petits groupes se rapprochent joyeusement de la scène et du plancher. Enfants, parents, anciens, toutes les générations sont là. Pas une coiffe ni un gilet breton à l’horizon, à peine quelques marinières… On est loin du spectacle folklorique !

La buvette, centre névralgique du fest-noz

De notre côté, on se pose à la buvette, histoire de tâter l’ambiance. Une bière d’une micro-brasserie locale à la main, on parle de tout et de rien tout en observant le spectacle. C’est surprenant de voir tout ce monde se mélanger et danser d’un même mouvement ! On repère vite les initiés, qui n’hésitent pas à ouvrir leurs bras aux débutants pour les faire entrer dans la danse et partager un bout de leur culture.

Plinn, gavotte, fisel : entrez dans la danse !

Emportées par le rythme et l’ambiance bon enfant, on s’aventure avec les copines dans la chaîne humaine. Les gars eux préfèrent rester au comptoir. Les bras bien calés sous ceux de mes voisins, je me laisse porter par le mouvement, me concentrant uniquement sur mes pieds. Un-deux, un-deux-trois, un-deux, un-deux-trois… Je ferme les yeux, guidée par les rebonds du plancher.

Immersion au cœur de la culture bretonne

Après quelques an-dro (la fameuse chaîne en se tenant par les petits doigts) et hanter-dro, les sonneurs laissent leur place à un groupe de jeunes. À côté de l’accordéon diatonique et de la flûte traversière en bois, saxo, guitare et batterie se mêlent aux airs traditionnels dans une tonalité rock et festive. Gavottes et cercles circassiens s’enchaînent dans un joyeux méli-mélo intergénérationnel. On arrive même à attirer les gars dans une scottish déchaînée !

Un moment de partage festif

Nos pas ne sont pas très académiques, mais quelle sensation incroyable de se laisser porter par la musique et l’enthousiasme des danseurs tout autour de nous. Une expérience humaine à part et pleine d’énergie, dont on se souviendra longtemps !

Ce n’est pas si compliqué. Et encore mieux qu’une séance de step !

Une expérience

100% Breizh

toute l’année

Quelques conseils pour les néophytes en fest-noz

N’hésitez pas à vous lancer ! En fest-noz, les habitués ont généralement autant de plaisir à partager leur culture qu’à danser avec de bons partenaires.

  • Les danses sont assez répétitives, ce qui vous laissera tout le temps d’observer les mouvements avant d’entrer dans le cercle ou la chaîne.
  • Quand vous vous déciderez à entrer dans la danse, idéalement arrangez-vous pour avoir une femme à gauche et un homme à droite. Cela évitera de séparer un couple !
  • Après, le mieux est de vous laisser guider ! Laissez vos bras suffisamment souples et concentrez-vous sur le rythme de vos pieds.

Cultiver les expériences