Eglise Sainte-Brigitte Berhet

Eglise Sainte-Brigitte

Site et monument historiques, Eglise à Berhet

Horaires et services non garantis
  • L'église paroissiale de Berhet est dédiée à sainte Brigitte. Berhet - paroisse dès 1437 - serait un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Cavan. L'agglomération de Berhet - figurée sur le cadastre en 1835 - ne s'est pas développée contrairement à l'agglomération de Confort située à seulement un kilomètre à l'ouest. Le 6 septembre 1911, le nouveau chef-lieu est ainsi fixé à Confort qui est devenu au fil du temps la localité principale : c'est en effet à Confort que se trouvent les...
    L'église paroissiale de Berhet est dédiée à sainte Brigitte. Berhet - paroisse dès 1437 - serait un démembrement de l'ancienne paroisse primitive de Cavan. L'agglomération de Berhet - figurée sur le cadastre en 1835 - ne s'est pas développée contrairement à l'agglomération de Confort située à seulement un kilomètre à l'ouest. Le 6 septembre 1911, le nouveau chef-lieu est ainsi fixé à Confort qui est devenu au fil du temps la localité principale : c'est en effet à Confort que se trouvent les principaux commerces. La commune prend alors le nom de Confort-Berhet avec les conséquences suivantes : l'église paroissiale de Berhet devient "chapelle" tandis que la chapelle Notre-Dame de Confort devient la nouvelle église paroissiale de Confort-Berhet.
    L'église primitive de Berhet est datable du début du 16e siècle ce que semblent confirmer les nombreux remplois anciens dans l'édifice actuel (les crossettes sculptées par exemple) et de 1553 – si l'on en croit une pierre millésimée du clocher.
    En 1845, en raison de sa vétusté et du manque d'entretien, l'édifice cultuel menace de s'écrouler. Les plans d'une nouvelle église sont dressés par l'architecte Charles Kerleau originaire de Penvénan. Les travaux sont adjugés le 25 novembre 1849 à François Corler et la démolition de l'église commence le 15 février 1850.
    Selon l'historien René Couffon, cette reconstruction aurait eu pour particularité de reprendre le plan de l'édifice originel et de réutiliser les éléments architecturaux anciens à la demande d’Alphonse Guépin (1808-1878), architecte en chef du département des Côtes-du-Nord et de la ville de Saint-Brieuc. Seules les modifications suivantes auraient ainsi été acceptées : augmentation de 50 centimètres de l'élévation des murs, construction de deux sacristies à la tête de l'église avec toits à pavillons indépendants […], élargissement des bas côtés de façon à les mettre en rapport avec la nef et à mieux l'épauler.
    En 1886, l'église est restaurée par l'architecte Lageat.
    Dans le mur de clôture de l'ancien cimetière se dresse une dalle tumulaire ou funéraire armoriée du 14e siècle : il s'agit de l'écu des Le Chevoir, seigneurs de Coadelan à Prat. Si la tête de licorne représente Le Chevoir, la tête de chien représente la dame de Kersaliou.
    A l'intérieur de l'église, riche mobilier des 17e et 18e siècles (maître-autel et autels latéraux), statuaire (Christ en croix, sainte Brigitte, saint Joseph, sainte Anne, sainte Catherine, saint Mathurin, saint Jean l'évangéliste, saint Eloi), lampe de sanctuaire et fonts baptismaux avec son couvercle en plomb.
    La peinture de la voûte réalisée par Raphaël Donguy (1812-1877) pour l'église a été restaurée en 2015.
    Source : patrimoine.bzh