Rencontre #19Parole de Breizh Julien Cornic
Julien Cornic - Ti Ar VroJulien Cornic - Ti Ar Vro
©Julien Cornic - Ti Ar Vro|Yvanne Béolet

Julien Cornic, directeur de Ti Ar Vro Treger-Goueloù

Ce dix-neuvième entretien nous emmène à la rencontre de Julien Cornic. Directeur de la maison de la culture bretonne du Trégor-Goëlo, il œuvre au développement et à la promotion de la langue ainsi que de la culture bretonne sur le territoire.
Publié le 9 janvier 2024

Parole de Breizh, vous invite à découvrir la Côte de Granit Rose au fil de rencontres avec ceux qui vivent la Bretagne, la transforment, la cultivent. Ces ambassadeurs sont des artisans, des artistes, des producteurs… mais avant tout, des habitants du Trégor. Ils aiment la Côte de Granit Rose et vous expliquent pourquoi cultiver l’essentiel !

Originaire du Trégor, terre enracinée dans la riche tradition bretonne, Julien a amorcé son parcours en tant que membre actif de l’équipe organisatrice des premiers concours inter-lycées de musique bretonne au lycée Félix Le Dantec à Lannion.

Après deux années à la fac de breton, son chemin l’a guidé vers l’association DASTUM, dédiée au collectage du patrimoine oral en Bretagne. En tant que président de cette association, il a établi un lien profond avec les habitants du Trégor, développant une passion fervente pour la richesse culturelle de la région et également une appétence pour le monde associatif.

Son parcours professionnel ?

Julien a commencé son parcours professionnel comme simple animateur à Ti ar vro Treger-Goueloù. Puis son poste a rapidement évolué pour êtres aujourd’hui le directeur d’une structure qui emploie 8 salariés. Quant à sa formation, Julien avoue l’avoir fait sur le tas, suivant les besoins : de l’infographie à la gestion de projets multimédias, en passant par la programmation d’événements et la sensibilisation à des sujets variés tels que la sécurité incendie.

Directeur multitâches depuis 25 ans, Julien incarne la mission de cette maison de la culture bretonne du Trégor-Goëlo, située à Cavan.

Le portrait chinois de Julien

Si vous étiez une couleur ? « Le bleu »
Si vous étiez une saison ? « L’automne »
Si vous étiez un mot ? « La convivialité »
Et si vous étiez un animal breton ? « L’épagneul breton »

Au fur et à mesure qu’on voyait qu’il y avait un besoin, je me suis formé.

Julien

Ti Ar Vro Treger-Goueloù

Fondée en 1996. Ti Ar Vro joue un rôle crucial dans la préservation et la diffusion de la langue et de la culture bretonnes. La fédération, reconnue pour sa vitalité, rassemble 35 associations et plus de 350 membres, devenant une référence incontournable dans le paysage culturel trégorrois.

Renforçant son rôle de coordination régionale, Ti Ar Vro s’engage dans diverses actions contribuant à l’épanouissement de l’identité bretonne. Des cours de breton à la fête de la Bretagne, en passant par la course en relais Redadeg qui promeut la langue bretonne, l’association s’adapte aux particularités de chaque territoire. L’enseignement du breton pour adultes, l’un des piliers de Ti Ar Vro, répond à une demande locale et assure une formation de qualité.

Les services proposés comprennent :

  • Enseignement du breton pour adultes
  • Service de traduction
  • Service enfance-jeunesse
  • Service animation et organisation d’événements
  • Studio de musique
  • Bibliothèque bretonne
  • Bureau de Div Yezh Breizh (association des parents-d’élèves de l’école bilingue)

La structure utilise divers outils de communication, tels que la newsletter, une page Facebook, un site internet, une chaîne YouTube ou encore un compte Instagram.

La culture bretonne et Julien

Interrogé sur son lien avec la langue bretonne, Julien explique qu’il a naturellement évolué vers cet héritage, étant fils de bistrotier du Trégor.

« Le breton, c’était la langue que l’on parlait au bistrot. »

Bien qu’il n’ait pas fréquenté d’école bilingue, il a commencé son apprentissage au lycée, regrettant toutefois l’arrêt de l’option débutant qui aurait pu attirer plus d’adeptes.

Julien ne se définit pas comme un défenseur de la langue pour la langue, mais plutôt comme un passionné de ce qu’elle véhicule : les échanges, les saveurs, les réactions, les visions du monde. La culture bretonne a ainsi trouvé sa place naturelle dans ses choix personnels.

Cultiver l'essentiel

Que vous inspire la phrase « Cultiver l’essentiel » ?

« Pour moi, cultiver l’essentiel signifie posséder les clés nécessaires pour être en harmonie avec son territoire. C’est ainsi que l’on peut intelligemment le développer, en le dynamisant et en évitant de s’écarter du cadre établi par le territoire. »

Ce qui est intéressant, c’est ce qui est véhiculé avec la langue, et justement la saveur, les échanges, ce que ça engendre comme réaction, comme vision du monde, comme partage, etc.

Julien

Téléchargez le magazine

Retrouvez tous les

Articles du blog

Appli pinterestAppli pinterest
©Appli pinterest

Enregistrez nos épingles Pinterest

Découvrez la Côte de Granit Rose sous un nouvel angle sur Pinterest ! Inspirez-vous de nos épingles thématiques pour organiser votre prochain voyage, que ce soit pour des escapades en pleine nature, des découvertes culturelles ou des moments de détente en famille. Suivez-nous sur Pinterest et laissez-nous vous guider vers une aventure mémorable sur la Côte de Granit Rose !

Fermer