Voir les photos (7)

Balades urbaines de Lannion - Circuit Brélévenez - Stanco

Balades, Pédestre à Lannion
1.7 km
En boucle
Pédestre
Facile
  • Balade autour l'Eglise de Brélévenez et de son escalier de 142 marches et découverte du Stanco.

    Lannion est fondée au début du Moyen-Âge, un château est érigé dès le XIe siècle sur les hauteurs de la ville. À cette période sont aussi édifiés le prieuré de Kermaria et l’église fortifiée de Brélévenez. De 1588 à 1598, les guerres de la Ligue provoquent un gigantesque incendie qui détruit une grande partie de la ville. Les plus anciennes maisons que l’on peut voir aujourd’hui datent ainsi du...
    Balade autour l'Eglise de Brélévenez et de son escalier de 142 marches et découverte du Stanco.

    Lannion est fondée au début du Moyen-Âge, un château est érigé dès le XIe siècle sur les hauteurs de la ville. À cette période sont aussi édifiés le prieuré de Kermaria et l’église fortifiée de Brélévenez. De 1588 à 1598, les guerres de la Ligue provoquent un gigantesque incendie qui détruit une grande partie de la ville. Les plus anciennes maisons que l’on peut voir aujourd’hui datent ainsi du XVIe siècle. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, la ville prospère : elle concentre un large éventail de professions et de nombreux couvents, écoles et hôpitaux. Le port sera conforté avec la construction des quais.
    Le XIXe siècle sera une période riche en constructions urbaines : construction des halles, de la mairie, du palais de justice, arrivée du chemin de fer. Pendant la seconde Guerre Mondiale, Lannion est un siège de résistance important. Le Centre National d’Études des Télécommunications s’implante en 1960, lançant le développement économique de la ville. En 1961, Lannion fusionne avec ses communes limitrophes et devient le Grand Lannion que l’on connaît aujourd’hui, ville-centre de Lannion-Trégor Communauté.
Points d'intérêt
1 Le quai d'Aiguillon
Jusqu’en 1762, date à laquelle ont débuté les travaux, Lannion ne disposait pas de quai le long du Léguer, la marée envahissant régulièrement la ville. Emmanuel de Richelieu, Duc d’Aiguillon chargé du réseau routier en Bretagne, ordonne les travaux du quai, suivant les plans d’Anfray, ingénieur des Ponts et
Chaussées, qui impose une cassure dans l’alignement du quai de 247 m de long. En 1786, Lannion dispose enfin d’un équipement portuaire convenable, comparable à ceux des autres villes d’estuaires.
Lannion-Quai-d-Aiguillon--2-.jpg
2 L'église Saint-Jean du Baly
L’église édifiée de 1511 à 1548 a remplacé la chapelle de l’ancien château dédiée à Notre-Dame. Elle a été régulièrement agrandie, jusqu’en 1902. Cachées pendant la Révolution de 1789, quatre statues de la Sainte Famille provenant de la chapelle des Ursulines ont été installées dans l’église vers 1825 (sur la chapelle, on observe les 4 niches vides). Une rénovation au XIXe siècle laisse apparaître un plafond voûté en bois, intact, datant du XVIe siècle. On y distingue des queues d’hermines peintes, symbole de l’indépendance de la Bretagne. Pour l’anecdote : le drapeau français, qui sert de girouette, a été placé en haut de l’église à la révolution de 1830, marquant l’attachement des Lannionnais à cette révolution. Il y est resté depuis...
Visite-guidee-de-Lannion-8.jpeg
3 Les escaliers de Brélévenez
La croix de Mathurin a été érigée en 1583 en hommage aux religieux de l’ordre de Saint Mathurin, qui avaient racheté des marins devenus esclaves après avoir été faits prisonniers par des pirates. Au XIXe siècle, des petites maisons sont construites le long de l’escalier, qui compte 142 marches jusqu’au cimetière autour de l’église.
Escalier-de-Brelevenez---Lannion.jpg
4 L’église de Brélévenez
Cette église romane a été édifiée au XIIe siècle par des moines soldats. Sa construction se poursuivra jusqu’au XVIIe siècle, la nef et le clocher ayant été refaits au XVIe siècle. Elle tire son nom du breton « Mont de liesse ou de joie », elle est dédiée à la Sainte-Trinité, symbolisée par le porche roman du XIIe surmonté de 3 piliers du XVIIe. Elle abrite un très riche mobilier.
brelevenez-tourinsoft-3.jpg
5 Le quartier du Stanco
La vallée du Stanco était une vasière par laquelle la marée remontait. Elle a favorisé la constitution de Lannion, devenue une ville portuaire (voir point n°1). Au fil des siècles, la vallée du Stanco est assainie et urbanisée. Les deux ruisseaux, le Pen ar Biez et le Kerambellec, qui parcourent la vallée avant de se jeter dans le Léguer, serviront à des fins industrielles : teillage de lin, moulins, lavoirs... Les terrains, très fertiles, seront exploités par des jardiniers, pépiniéristes et horticulteurs. Le quartier a fait l’objet d’un réaménagement en 2017.
Lannion-le-stanco-8.jpg
20 mètres de dénivelé
  • Altitude maximum : 39 m
  • Altitude minimum : 6 m
  • Dénivelé total positif : 20 m
  • Dénivelé total négatif : -20 m
  • Dénivelé positif maximum : 20 m
  • Dénivelé négatif maximum : -20 m
Fermer